La page de kerlaft le roliste...

Publié par Thomas Gervais

La page de kerlaft le roliste...

Et voici le dernier comparse ^^

Ici vous trouverez des nouvelles faites par ses soins !

Pour le moment, une seule est mise en ligne mais très vite une deuxième sera mise à votre disposition !!!

Extrait des Chroniques d’Altaride n°14 de Benoit Chérél pages 40 à 53

(mise en page refaite par mes soins pour le besoin du blog)

En introduction voici la préface pour les Chroniques d'Altaride ^^

Bonne lecture, à bientôt ^^

Préface et explications douteuses sur la genèse de cette nouvelle

Par Kerlaft le Rôliste

Le temps est une chose incroyable, on en a tous mais souvent on le gaspille. Tout le monde court après et personne ne le rattrape jamais.La rédaction et l’illustration de cette nouvelle a été l’objet d’une véritable course contre le temps.

Pour pouvoir écrire, je me suis mis en mode MJ narratif habitué à l’improvisation, si bien que les idées ont déferlé toutes seules.

Si vous avez lu l’interview me concernant, vous savez que je raffole des anecdotes car, comme je dis souvent lorsque je traverse un moment difficile ou une situation cocasse, j’ai pour habitude de me dire que ça me fera des souvenirs à raconter plus tard.

Ceci dit, pour l’anecdote, c’est un challenge de malade que m’a proposé le rédacteur en chef Benoît Chérel. Inconscient que je suis, j’ai sauté à pieds joints, emportant avec moi le formidable dessinateur Thomas Gervais dans les sables mouvants de ce sablier qu’a été ce court compte à rebours.

Relevant le défi, malgré ma vie de papa, mari, soignant, rôliste, j’ai écrit cette nouvelle, la première de ma vie, pendant les seuls moments que mon emploi du temps le permettait.

Parmi les endroits les plus originaux et conditions dans lesquelles j’ai écrit, je pourrais citer les files d’attentes des caisses des magasins et supermarchés avec quelques brides écrites sur des tickets de caisses, les transports en communs (debout m’écrasant sur mes voisins à chaque coup de frein), les WC (ne prenez pas cet air dégouté, c’est le seul moment où on est vraiment tranquille), les fast foods, en écrivant sur des serviettes en papier et en désespérant de voir mes adorables enfants s’essuyer dessus, en voiture aux feux rouges ou dans les embouteillages, ou encore entre deux sonnettes au boulot.

Ces quelques jours, voire heures de ce compte à rebours sur le thème du temps ont été très éprouvants.

Merci à ma tendre épouse pour ne pas avoir sorti le marteau 100 tonnes de Nicky Larson lorsque j’écrivais au lieu de l’aider avec les enfants et la maison.

Je remercie aussi Thomas Gervais pour son remarquable sang-froid, sa bonne humeur et sa redoutable efficacité car il ne pouvait commencer à illustrer que ce qui avait déjà été écrit. Merci Thomas d’avoir accepté de rentrer dans le cerveau délirant de Kerlaft le Rôliste et de donner vie par tes superbes illustrations à ma nouvelle : Le Maître du temps.

Enfin, je voudrais surtout remercier Benoît Chérel, le bien-aimé rédacteur en chef des indispensables Chroniques d’Altaride, d’avoir éveillé en moi une facette que je ne me connaissais pas : le Kerlaft le Rôliste « écrivain ». Je le remercie d’avoir donné ici à Kerlaft le rôliste une tribune pour le laisser s’exprimer et s’ébattre en toute liberté, malgré tous les risque encourus par son incontrôlable tempérament.

Si cette nouvelle vous plaît, je serais ravi d’en écrire d’autres. Et si elle ne plaît pas, et bien tant pis, j’écrirais pour moi tout seul car maintenant que j’y ai goûté, j’adore ça. Dans tous les cas, n’oubliez pas :

« Kerlaft le rôliste wants you to read Chroniques d’Altaride ! »[1]

La page de kerlaft le roliste...
La page de kerlaft le roliste...
La page de kerlaft le roliste...
La page de kerlaft le roliste...
La page de kerlaft le roliste...
La page de kerlaft le roliste...
La page de kerlaft le roliste...
La page de kerlaft le roliste...